Nouvelles de nos abeilles et de leur environnement (18/11/2017)

Rappel: conférence « Aménager son environnement pour l’abeille » et Assemblée Générale: ce dimanche 19 novembre

Marc Eylenbosch nous expliquera comment aménager une prairie fleurie dans son jardin et surtout comment faire pour la conserver durablement.

L’assemblée générale est l’occasion pour tous les membres d’effectuer un contrôle démocratique sur le bon fonctionnement de notre société et d’exprimer comment ils souhaitent qu’elle évolue dans le futur. C’est à cette occasion que les thèmes des activités de l’année prochaine seront choisis.

Tous les détails sur notre page: Calendrier 2017

Note d’Oncle Max (18/11/2017)

Impact des champs électromagnétiques sur les abeilles

La semaine dernière, une conférence très intéressante sur l’impact des ondes électromagnétiques sur notre santé, présentée par Wendy de Hemptinne (Physicienne formée à la nutrithérapie), a retenu mon attention.

En 2014, le CARI avait permis à une mémorante et à une équipe de l’ISSep (Institut Scientifique de Service Public pour un environnement sain) de faire des expérimentations  sur ses ruchers avec des ondes : le but était de vérifier si des ondes GSM pouvaient perturber des colonies et/ou les rendre plus agressives. A cette occasion, j’avais été déjà été sensibilisé par cette problématique.

Ayant fait récemment quelques recherches sur internet, je suis tombé sur l’un ou l’autre rapport scientifique qui révèle que les ondes électromagnétiques ont indéniablement des effets sur les abeilles, surtout lorsqu’elles y sont soumises pendant un certain temps.

Il faut savoir que les abeilles (sauvages et domestiques) ont dans leur corps des cristaux de magnétite qui les rendent sensibles aux champs magnétiques terrestres et qui contribuent à leur système d’orientation.

En 2005, une étude allemande réalisée par Hermann Stever,  Jochen Kund , Christoph Otten et Wolfgang Harst intitulée « Modification du comportement des abeilles sous l’effet d’ondes électromagnétiques » a démontré que  des abeilles irradiées (avec un téléphone mobile DECT) prenaient beaucoup plus de temps pour revenir à la ruche ou n’y revenaient plus du tout. Ceci pourrait être une  cause supplémentaire du syndrome de disparition subite des colonies (CCD : colony collapse disorder).

En 2010, à Grenoble, la Revue Etudiante d’Evaluation Environnementale a publié une étude intitulée Les impacts des ondes électromagnétiques sur les abeilles et leurs conséquences; les auteurs montrent que certaines ondes électromagnétiques anthropiques perturbent le comportement des abeilles et leur système d’orientation. Qui dit perturbation de leur système d’orientation dit problème pour revenir à la ruche et donc leur mort inévitable. L’abeille ne survit pas seule en-dehors de la colonie.

En 2011 une étude menée par Daniel Favre, de l’Institut Fédéral Suisse de Technologie de Lausanne, a analysé les effets potentiels sur le comportement des abeilles des ondes électromagnétiques émises par les téléphones portables: Mobile phone-induced honeybee worker piping  (télécharger le rapport complet au format PDF)

Des GSM actifs ont été placés dans la proximité immédiate des ruches. Le son émis par les abeilles a été enregistré et analysé. Les audiogrammes et spectrogrammes on révélé que les ondes émises par les GSM ont un impact important sur le comportement des abeilles: elles les induisent à produire le « sifflement des ouvrières » (worker piping) qui normalement soit annonce l’essaimage, soit est un signal d’une colonie perturbée. Pour limiter les éventuels risques d’abandon de la ruche par la colonie, D. Favre et son équipe ont donc décidé de limiter la durée d’exposition des colonies aux ondes émises par un téléphone mobile pendant maximum 20 heures.

En effet, ce rapport fait aussi référence à une étude (2009) d’un chercheur indien Sahib Pattazhy démontrant que lorsqu’une antenne téléphonique était disposée à proximité d’une ruche, les abeilles disparaissaient entre 5 et 10 jours après, abandonnant ainsi reine et couvain.

Le Ministère belge (SPF Santé publique, Sécurité de la chaîne alimentaire et Environnement) se montre très (trop) prudent; il reconnaît qu’il peut y avoir un problème et que certaines méthodologies d’études scientifiques font débat mais pense que les abeilles ne seraient pas affectées par les ondes GSM. Evidemment, à l’inverse des pesticides, il est très difficile pour ne pas dire impossible de trouver des traces d’ondes dans les cires, le miel ou le pain d’abeilles.

D’autres études plus approfondies devraient corroborer l’impact négatif des ondes électromagnétiques sur les abeilles.

Action Roundup

Une de nos membres a envoyé ce courrier à René Collin, ministre Wallon de l’agriculture, de la nature, de la ruralité, du tourisme et du patrimoine (rene.collin@gov.wallonie.be). Peut-être cet exemple inspirera-t-il d’autres apiculteurs …

Monsieur le Ministre,

Je suis ulcéré de voir que l’Europe une fois de plus se cache la tête dans le sable et n’arrive pas à faire interdire le Roundup dont la toxicité est pourtant prouvée.

Pourquoi les agriculteurs doivent ils porter masque et gants quand ils épandent leurs saloperies ?

Je suis apiculteur et habite à la limite de champs : lorsque j’ai commencé mes activités, j’ai été voir le cultivateur voisin et lui ai demandé, très aimablement, de bien vouloir m’envoyer un mail quand il allait épandre des produits, cela me permettrait d’enfermer les abeilles pendant 24 heures. Sa réponse a été :’’ je connais mon métier, vous n’avez qu’à connaître le vôtre’’.

Voila un bel exemple de la considération que certains ont pour la terre et le milieu qu’ils exploitent : le mot exploiter est encore faible.

Je me demande dans quelle mesure, il ne serait pas possible qu’un état-nation, voire une région comme la Wallonie, ne puisse pas interdise la vente, l’achat et l’utilisation de produits connus pour leur toxicité comme le ROUNDUP.

Il devrait être assez simple de faire vérifier l’application stricte de cette ordonnance / loi / décret de façon à éviter l’approvisionnement apr les agriculteurs véreux dans des régions voisines plus laxistes.

Ne serait il pas temps que le monde politique prenne enfin des décisions fortes en ce sens.
Osez taper du point sur la table face aux intérêts des groupes : ils vont contre celui de vos concitoyens !

Comptant sur vous pour en parler au gouvernement wallon, meilleures salutations.

À propos de Michel Fraiteur

Apiculteur amateur depuis 1977. Président de la SRAWE
Ce contenu a été publié dans Activités apicoles, Sauvegarde & santé de l'abeille, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.