Contamination et adultération de la cire d’abeille : risque pour la santé des abeilles

« Contamination et adultération de la cire d’abeille : risque pour la santé des abeilles »; l’avis du comité scientifique de l’AFSCA

Le 14 novembre dernier, le comité scientifique a approuvé un rapport (avis 18-2018) portant sur la contamination et l’adultération des cires, ainsi que sur les risques encourus par les abeilles. 3 questions lui avaient été posées :

  1. Quelles sont les contaminations et adultérations connues de la cire d’abeille ?
  2. Quelles substances sont susceptibles de présenter un risque pour la santé des abeilles/de la colonie suite à la contamination ou l’adultération de la cire (après usage unique ou suite à l’utilisation de cire recyclée) ?
  3. Une limite d’action par rapport à la présence éventuelle de ces substances dans la cire peut-elle être proposée afin de préserver la santé des abeilles ?

Le rapport très technique et très détaillé fait 80 pages; il peut être téléchargé à l’adresse suivante: http://www.afsca.be/comitescientifique/avis/2018/. Essayons d’en faire un petit résumé à destination des apiculteurs amateurs que nous sommes.

L’adultération de la cire, c’est sa falsification consécutive à l’ajout frauduleux d’un produit de moindre valeur; il s’agit donc d’un acte volontaire délictueux du producteur.

La contamination elle est involontaire; elle peut provenir de la refonte de cires adultérées ou contaminées, de produits utilisés dans le processus de traitement de la cire, de produits de traitement des abeilles, de polluants présents dans l’environnement.

Si nous, les apiculteurs, ne sommes généralement pas responsables de l’adultération de la cire, nous devons prendre des mesures pour éviter sa contamination.

Altération de la composition de la cire

Dans la cadre de l’adultération, il se peut que la cire d’abeilles soit altérée par différentes autres cires ou graisses, principalement afin de réduire son prix de revient:

  • d’origine végétale
    • cire de carnauba, sécrétée par les feuilles d’un palmier brésilien
    • cire de candellila, qui provient d’euphorbes poussant au Mexique et au Texas
  • d’origine animale
    • suif : graisse provenant des ovins et bovins
  • d’origine minérale
    • paraffine: graisse produite à partir des résidus solides du pétrole
    • PARACERA-M®. une cire microcristalline qui provient du raffinage du  pétrole; elles est normalement utilisée dans l’industrie pharmaceutique et des cosmétiques; elle est encore utilisée activement par certains apiculteurs / fabricants de cire parce qu’elle présente certains avantages par rapport à la cire naturelle (absence des polluants et contaminants pouvant être présents dans les cires naturelles), malgré un manque de connaissance de ses effets à long terme.
    • L’emploi de cire synthétique alimentaire « pour abeilles » est même envisagé comme une solution possible par le rapport, afin d’éviter d’exposer les abeilles aux résidus contenus dans la cire d’abeille; et ce malgré que son usage entraîne un ralentissement du développement de la colonie et que les effets à long terme de l’utilisation de ce type de cire sur la santé des abeilles ne sont pas connus.
  • d’origine mixte:
    • stéarine: synthétisée commercialement par hydrolyse alcaline de graisses animales ou végétales
    • palmitine: préparation commerciale contenant principalement de l’acide palmitique; un des constituants de l’huile de palme. Elle peut aussi contenir d’autres acides gras en proportion variable suivant l’origine de la graisse dont elle est issue

Aspects légaux liés à la composition et à la qualité de la cire

Le rapport constate qu’actuellement, les législations en vigueur ne contiennent aucune norme relative à la composition et à la contamination de la cire d’abeille visant spécifiquement à protéger la santé des abeilles (les normes actuelles visent seulement à protéger la santé humaine quand la cire est utilisée dans un produit de consommation humaine)

Cependant, les paramètres analysés en routine dans le cadre du commerce de la cire d’abeille, à savoir l’indice d’acidité (acid value) et l’indice d’ester (ester value) permettent de détecter certains types d’adultération de la cire de manière indirecte. Le rapport recommande donc de resserrer les normes applicables à la cire refondue  destinée à être utilisée dans l’apiculture. Autrement dit, il recommande que les cires pouvant être utilisées en apiculture doivent convenir à la consommation humaine et être classées comme telles (indice d’acidité >= 17 et <= 24, et indice d’ester >= 63 et <= 87).

Le Comité scientifique recommande également le développement de méthodes d’analyse de la cire d’abeille qui permettraient de déceler spécifiquement les substances qui y sont ajoutées illégalement, telles que la stéarine et la paraffine, afin de les distinguer des composants naturels.

Les voies de contamination de la cire

Le rapport distingue 3 voies de contamination de la cire:

  • à partir de l’environnement, les abeilles peuvent ramener dans la ruche, par le biais du pollen, du nectar, de l’eau, du miellat et/ou de la propolis qu’elles collectent, des résidus de pesticides, des  métaux lourds, des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), des dioxines, des polychlorobiphényles (PCB), des retardateurs de flamme bromés ou des résidus d’antibiotiques
    • le rapport rappelle que peu de données existent quant à l’impact d’une exposition chronique à des doses sous-létales sur la santé des abeilles (ce qui est bien le cas quand ces contaminants passent dans la cire); il se base donc sur les données disponibles concernant la toxicité aigüe.
    • la contamination par les métaux lourds peut affecter (selon leur nature et leur concentration): le développement du couvain, la vitalité post‐émergence, la productivité de la reine, la longévité des abeilles adultes, une diminution de l’immunocompétence, l’apprentissage et la mémoire. Le Comité scientifique recommande que les normes de la législation alimentaire soient également respectées pour la cire utilisée en apiculture.
  • les pratiques apicoles: traitement des colonies à l’aide de médicaments vétérinaires, produits répulsifs pour éloigner les abeilles (y compris contaminants présents dans la fumée de l’enfumoir), produits de lutte contre la fausse-teigne ou varroa, produits de protection du bois, contaminants dans les produits de nourrissement, produits de désinfection des ruches et des cadres.
    • parmi les produits qui présentent une toxicité aigüe pour l’abeille, on relèvera le thymol, pourtant utilisé dans la lutte contre le varroa et présenté comme un médicament bio (APIGUARD®, THYMOVAR®, APILIFE VAR®)
    • le tau-fluvalinate (APISTAN®), également utilisé dans la lutte contre le varroa, est la substance la plus lipophile, c’est à dire celle qui a le plus tendance à se concentrer dans la cire !
  • les pratiques de production et de gestion de la cire gaufrée:
    • mélange avec des cires contaminées ou adultérées
    • résidus de détergents: aucun détergent n’a fait l’objet d’une étude de toxicité spécifiquement par rapport à l’abeille; or ils pourraient être directement toxiques pour l’abeille ou augmenter la toxicité de certains résidus (notamment de néonicotinoïdes)
    • Egalement, en ce qui concerne les cires gaufrées produites industriellement: produits de décoloration utilisés pour donner une belle couleur dorée à la cire (aucune littérature scientifique n’est disponible sur les effets de l’acide oxalique, le plus utilisé dans ce but; on considère qu’il ne présente qu’une faible toxicité pour l’abeille)

Voies de contamination de la cire

« Limite d’action » des résidus dans la cire

Limite d’action : limite  maximale en résidus, en cas de dépassement de laquelle une action doit être entreprise. Pour déterminer la limite d’action, on évalue les façons dont les contaminants contenus dans la cire peuvent affecter les abeilles.

Les contaminants contenus dans la cire peuvent migrer:

    • directement vers le couvain (scénario 1; exposition des larves suite à leur contact étroit avec la cire)
      • En ce qui concerne les substances lipophiles,  le rapport pense que les larves peuvent en être affectées parce qu’elles sont recouvertes de cire cuticulaire (composée essentiellement de lipides) qui, tout en étant une protection contre certains éléments, devrait favoriser le transfert des molécules les plus lipophiles.
    • vers le miel et le pain d’abeilles, et de là vers les abeilles et le couvain qui s’en nourrissent directement ou indirectement (scénario 2; expositions des larves suite à la consommation de gelée royale et de pain d’abeille)
      • le Comité scientifique considère qu’un transfert de la cire, contenant
        majoritairement des substances actives lipophiles, vers les produits en contact avec elle ne se fait que vers leur  partie lipidique. Par conséquent, le transfert de la cire vers le miel est considéré comme nul.
    • directement vers les abeilles adultes, lorsque celles-ci étirent les cellules (scénario 3 – malaxage)

Le rapport retient 18 substances actives; une limite d’action est déterminée pour chacun des 3 scénarios; les valeurs les plus faibles sont finalement retenues comme concentrations maximales qui ne devraient pas être dépassées dans la cire d’abeille refondue afin de protéger la santé des abeilles.

Limite d'action cire

Incertitudes

Le rapport rappelle cependant les nombreuses incertitudes qui entourent ses conclusions: la toxicité de certaines substances n’est pas connue, les effets en interaction ne sont pas bien connus, peu de données existent sur les effets d’une exposition chronique à des doses sous-létales, la migration des résidus de la cire vers l’abeille et de la cire vers le pain d’abeille et la gelée royale n’est pas connue …

Recommandations destinées au secteur apicole

Le rapport émet des recommandations destinées aux autorités: elles concernent les limites d’action, les normes, les méthodes d’analyse.

En outre, il présente des recommandations destinées aux apiculteurs et au secteur apicole; celles-ci peuvent concerner:

  • les responsables du secteur (p.ex. le guide de bonnes pratiques apicoles devrait détailler encore davantage les bonnes pratiques en matière d’utilisation et de recyclage de la cire)
  • les professionnels du secteur, en particulier ceux qui achètent, importent de la cire et fabrique de la cire gaufrée
  • les apiculteurs, y compris ceux qui fabriquent eux-mêmes leurs cires gaufrées

Principales recommandations pratiques à destination des apiculteurs

  • Recycler uniquement des opercules, des cires nouvellement synthétisées par les abeilles elles-mêmes, ou des cadres non traités (cadres de hausse), ou traités uniquement aux acides ou avec d’autres produits sans  risque pour la santé
    • NB: le recyclage de cadres non traités ne prévient pas les contaminations apportées par la cire gaufrée
  • Lors du renouvellement des cadres, retirer du circuit les cires des cadres entrés en contact plusieurs semaines avec les produits de traitement. Les vieilles cires seront mises en décharge (ou transformées en bougies; on peut aussi en faire d’excellents allume-feu)
  • Eliminer chaque année 20 % des cires de corps (cadres les plus foncés).
  • Rincer les feuilles de cire gaufrée nouvellement produites pour éliminer les résidus de détergents

Quelques réflexions personnelles

L’analyse de l’origine des contaminations possibles de la cire est une somme considérable.

Alors que les limites d’action forment un ensemble bien déterminé de normes objectives, le rapport reconnait honnêtement que de très nombreuses connaissances sont manquantes ou approximatives.

On est étonné de voir que, dans l’état actuel de la législation, il y a seulement une volonté de protéger la santé humaine, pas celle de l’abeille. Il est temps que les choses bougent !

Le rapport manque de précision dans ses recommandations pratiques, confondant « cire nouvellement synthétisée » et cire en provenance des cadres de hausse (qui peut aussi provenir de cire gaufrée commerciale), protection de l’homme consommateur de miel (cadres de hausse) et protection de l’abeille (cadres de corps).

Certaines recommandations du plus pur type administratif sont tout à fait irréalistes: « [Le guide de bonnes pratiques apicoles] devrait recommander à l’apiculteur de faire analyser la cire gaufrée qu’il achète dans le cas où le producteur de cette cire ne pourrait lui fournir un certificat d’analyse, notamment afin de détecter toute adultération éventuelle ».

Il serait par contre bienvenu que certains producteurs de cire gaufrée s’engagent activement dans un programme de qualité, certifiant leur production par un certificat d’analyse de tous les éléments critiques. Et ce, même si ce n’est pas [encore] obligatoire ou que cela coûte plus cher.

Tout recyclage de cire présente des risques, même celui de notre propre cire en prenant toutes les précautions, puisque nous ne pouvons pas nous prémunir contre les contaminants extérieurs, qu’ils sont nombreux et qu’ils peuvent avoir tendance à se concentrer dans la cire.

Sans doute une utilisation minimale de cire gaufrée devrait-elle être recommandée: uniquement des amorces (mais cela peut poser des problèmes pratiques, la construction n’étant pas nécessairement régulière), cadres à jambage, ruche Warré. Encore une piste à explorer pour une apiculture plus naturelle.

Je suis également étonné de la légèreté avec laquelle certains produits vétérinaires ont été ou sont encore recommandés quand on voit leur dangerosité potentielle …

 

À propos de Michel Fraiteur

Apiculteur amateur depuis 1977. Président de la SRAWE
Ce contenu a été publié dans Produits de la ruche, Sauvegarde & santé de l'abeille. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.