Nouvelles de nos abeilles et de leur environnement (9/03/2019)

L’état de la biodiversité mondiale pour l’alimentation et l’agriculture (I)

Ce 22 février 2019, l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) a présenté un volumineux rapport – 576 pages – sur l’état de la biodiversité mondiale pour l’alimentation et l’agriculture. Nos abeilles mellifères ainsi que tous les pollinisateurs font partie de la biodiversité associée.

A lire sur: http://www.srawe.be.preview05.oxito.com/wp/?p=5441

Revue N70 du CRA Nivelles

Au sommaire (notamment):

  • le petit mot du rédacteur
  • accord pour un renforcement de l’évaluation des risques des pesticides
  • selon une étude, près de la moitié des espèces d’insectes sont en déclin rapide dans le
    monde entier.
  • la commission de la Santé adopte une résolution sur les perturbateurs
    endocriniens

A lire sur: Revue N70 MARS 2019

Le WE des 16 et 17 mars, GET fête des 10 ans

Grez-en-Transition fête des 10 ans les samedi 16 et dimanche 17 mars: et on fait la fête !

GET-10ans: le programme

Note d’Oncle Max – 09/03/2019

Depuis quelques jours, saules marsault et prunelliers offrent leurs floraisons aux pollinisateurs et en particulier à nos abeilles qui les visitent entre deux averses , dès qu’il y a un rayon de soleil. Le temps est moins pluvieux qu’attendu, mais très venteux. Ceux qui ont hiverné des colonies en ruchettes en polystyrène devraient vérifier qu’elles n’ont pas été emportées par les bourrasques de vent.
D’après les observations des uns et des autres, les colonies bien portantes sont déjà bien développées et devraient déjà avoir une surface de couvain relativement importante.
Si les abeilles ont des créneaux de soleil sans pluies, elles peuvent continuer de rentrer pollen et nectar pour élever le couvain avec des rentrées fraîches de nourriture. Nous n’avons pas encore touché aux plateaux sous le plancher grillagé car les nuits ne dépassent pas encore les 7°C à 8°C pour la quinzaine à venir. En les enlevant prématurément, nous risquerions de refroidir le couvain et provoquer une dépense énergétique supplémentaire des nourricières. Celle-ci engendrerait une consommation plus élevée des réserves.
Il est temps de prévoir les cadres de cire gaufrée pour remplacer les vieille cires ou les partitions dans les corps ainsi que ceux des hausses. Vérifions bientôt les cadres de hausse bâtis et conservés cet hiver afin de les utiliser avec des cadres de cire gaufrée pour les premières miellées de printemps (un rapport 50/50 cadres bâtis/cires gaufrées est recommandé, avec les cadres bâtis placés en rive).
Dans la prochaine nouvelle revue commune « Abeilles en Wallonie », un article traitera des besoins biologiques des abeilles à l’état sauvage dans les cavités naturelles (double conférence de Torben Schiffer le 24/2 à LLN). Il donnera un éclairage particulier sur notre façon de conduire les colonies qui devrait nous aider à mieux les gérer.
Espérons avoir un temps plus clément à la fin du mois pour pouvoir planifier les premières visites de printemps, en particulier celles du rucher tampon


A propos Michel Fraiteur

Apiculteur amateur depuis 1977. Président de la SRAWE
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.