Nouvelles de nos abeilles et de leur environnement (08/06/2019)

Note d’Oncle Max – 8/06/2019

Un peu d’eau et un peu de soleil en alternance, c’est idéal pour les plantes qui ont soif, mais ce temps très variable ne facilite pas la tâche de nos chères butineuses. Le vent soutenu leur fait consommer beaucoup d’énergie. Les hausses des ruches se remplissent à des rythmes différents suivant l’environnement mellifère de chaque rucher.
Si les acacias étaient exceptionnellement bien en fleurs l’an dernier, cette année-ci ce fut surtout les aubépines et maintenant les sureaux. Les fleurs de tilleuls sont apparues cette semaine en petits boutons et nous devrons vraisemblablement patienter encore un peu pour que les abeilles profitent de leur épanouissement.
Nous aurons sûrement des miels très différents cette année-ci par rapport à ceux de l’an dernier.
Le week-end prochain, si la météo le permet, nous ferons un second contrôle des divisions au rucher tampon pour avoir la certitude que les divisions se sont bien déroulées et que nous pourrons céder les colonies excédentaires.

Nous avons plus d’essaimages naturels cette année-ci que l’an dernier, et c’est tant mieux car les colonies doivent assurer leur pérennité en remplaçant les reines trop âgées. Évidemment, dans le cadre d’un rucher cela pourrait affecter la production de miel par une rupture de ponte temporaire, bien qu’avec moins de couvain une quantité de nourricières est affectée au butinage. D’un autre côté, cela permettra de casser les cycles de reproduction des varroas.

Via les médias (RTBF), fin du mois dernier, la communauté scientifique demande aux citoyens de signaler toute présence de frelon asiatique sur le territoire belge. Les autorités veulent limiter le plus possible l’impact de cette espèce exotique invasive, mais « cela ne pourra se faire qu’avec l’aide de la population », insistent les chercheurs.  Pour ma part, je doute que la population en général puisse faire la différence entre frelon européen et frelon asiatique…. déjà, la majorité des gens confondent guêpes, abeilles domestiques et sauvages, bourdons et frelons. Mais signaler de gros nids de frelons sera toujours utile si le repérage et la neutralisation sont réalisés avant la dispersion des futures fondatrices qui naissent en fin d’été. NB: vous trouverez les informations pour le signalement et des photos comparatives des différentes espèces sur notre page http://www.srawe.be.preview05.oxito.com/wp/?page_id=3207

Dans une petite quinzaine de jours nous arriverons au solstice d’été et il deviendra important, après cette date, d’être très prudent dans la conduite des colonies qui vont passer progressivement en « mode hivernage » comme toutes les plantes et autres animaux de la nature. Un bon hivernage est la garantie de retrouver ses colonies en bonne forme au printemps suivant.  Je le répèterai encore jusqu’en septembre. Après, ce sera trop tard, les dés seront jetés.

Ce contenu a été publié dans Pratiques apicoles, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.